entette
  1. qui vous a incité à réaliser des séances d'orthophonie? quand avez-vous commencé?

Tout d’abord j’ai commencé tout petit j’avais pas le choix car dans le centre où j’étais jusqu’à 14 ans c’était ‘ « imposé » comme toutes les rééducations. J’ai de mauvais souvenirs de ces séances car on me faisait faire beaucoup de travail sur mes lèvres et ça me faisait mal. Aussi lorsque j’ai changé de centre à 14 ans j’ai arrêté de faire des séances.
Des années plus tard j’étais dans un IEM de l’APF où on m’a proposé d’utiliser une synthèse vocale. En effet je parlais très peu. A force d’insistance j’en ai acheté une mais  je m’en suis très peu servi : j’avais d’énormes douleurs lorsque je tapais sur un ordinateur et c’était pareil sur ce synthé (même encore plus difficile). C’est à ce moment là que j’ai eu envie d’essayer de reprendre des séances d’orthophonie. Je regrette beaucoup que l’IEM ne m’ait pas proposé ça plus tôt.
Je devais avoir 22 ou 23 ans à cette époque et ma crainte de recommencer la même rééducation qui me faisait souffrir quand j’étais enfant est vite disparue car à l’âge adulte il est possible d’adapter des différents exercices.
 
- à quel rythme avez-vous suivi les séances? Les suivez-vous encore aujourd'hui au même rythme ou avez-vous simplement des séances d'entretien ou de renforcement moins intenses qu'au début ?

J’essaie d’aller une fois par semaine depuis que j’ai recommencé (presque 10 ans), j’ai eu 3 orthophonistes. Pendant à peu près 5 ans j’y allais pour un entretien avant de changer d’orthophoniste où là je constate que je pouvais encore faire beaucoup de progrès. J’ai toujours gardé le même rythme car j’ai aussi de la kiné et je n’ai pas envie d’avoir de la rééducation tous les jours. Sinon ma vie aurait l’air d’un entraînement de haut niveau et il faut quand même vivre.

- en quoi consistent les exercices? Pourriez-vous en décrire un de façon très précise?

Au début on travaillait beaucoup sur la respiration et l’orthographe (plus quelques exercices de prononciation.) Ca m’a étonné que l’orthophoniste travaillait aussi l’orthographe et ça m’a beaucoup aidé. A l’école je n’écrivais pas beaucoup parce que je ne pouvais pas, j’avais donc des secrétaires et donc mais lacunes en orthographe ce sont considérablement développés. Après quelques mois d’orthophonie j’écrivais un  peu plus correctement de sorte que quand on ne me comprenait pas je n’avais pas honte d’écrire sur un bout de papier le message que je voulais dire. En écrivant quelques mots je pouvais parler plus dans une conversation et rapidement je me suis ouvert.
 
Avec ma seconde orthophoniste je faisais presque uniquement de la lecture à haute voix (ponctué de rappels orthographiques) ce qui bien sur m’a aidé à développer ma voix mais surtout m’a apporté une aisance dans la lecture. Avant je lisais quand j’étais obligé parce que c’était dur (gardé le cou dans la même position, ne pas mélanger les lignes etc… c’est dur pour un IMC athétosique.) maintenant je lis normalement, j’ai toujours un livre ou 2 a finir, c’est une grande satisfaction.

Récemment j’ai changé encore une fois d’orthophoniste (c’est pas évident de changer d’orthophoniste ou de kiné ça apporte pourtant beaucoup de choses). J’ai l’impression de tout reprendre à zéro comme quand j’étais enfant sauf que là c’est une démarche volontaire et quand un exercice est trop dur on en change tout simplement.
Pour être précis prenons l’exemple des différentes positions que la bouche doit prendre pour prononcé un son. Positions des lèvres et de la langue, action sur le voile du palais (je ne savais même pas que je pouvais le contrôler). J’ai l’impression de réapprendre à parler et qu’il me faut automatiser ces différentes positions. Je n’y pense pas en parlant du premier coup mais au moment de répéter, là, j’arrive à savoir quels sons n’a pas été compris et je commence à savoir comment faire pour qu’il soit compréhensible. Donc même si j’ai l’impression de tout reprendre à zéro, c’est très intéressant car je sens que je peux faire encore d’énorme progrès.

  1. quel a été l'effet de ces exercices sur votre élocution? Qu'est-ce qui s'est amélioré? Quelles sont les difficultés qui se sont estompées? Qu'est-ce que vous souhaiteriez encore améliorer?

 

J’arrive mieux à repérer les sons qui empêchent la compréhension des mots. Donc en répétant je sais ce qui faut corriger. Mais je n’y arrive pas encore parfaitement et ça dépend beaucoup des situations : si je suis assis ou debout, en réunion ou dans un endroit bruyant. L’environnement est très important dans la communication et il faut savoir l’utiliser. Par exemple dans une rencontre avec beaucoup de personnes si j’ai quelque chose d’important à dire à quelqu’un je lui indique par gestes ou même en la prenant  par le bras qu’il faut sortir de la salle un moment pour qu’elle puisse me comprendre. De même faire signe de s’asseoir pour que je puisse plus facilement parler. C’est petits détails que j’ai appris en orthophonie. Ce sont des difficultés qui se sont estompées uniquement par de petites astuces comme celles-ci.
Ce qu’il me faut améliorer c’est arriver à appliquer naturellement ce que je fais en orthophonie. Arriver à couper mes phrases car je manque de souffle pour les finir. Dans une discussion j’ai beaucoup de mal à faire des coupures de 3 ou 4 mots par phrase ou à faire attention à comment je positionne ma langue et mes lèvres pour un son précis. Le but de la discussion prend  toute mon attention et ce n’est que quand vraiment ma compréhension est coupée que je pense aux côtés techniques de la parole. Et des fois c’est trop tard.

- Avez-vous eu l'impression que vos progrès se sont fait de façon progressive ou qu'il y a eu un "déblocage" soudain grâce à un exercice particulier qui vous a permis d'un coup de mieux parler?
- que vous a apporté de façon générale les séances d'orthophonie : une plus grande aisance orale? Plus de confiance en vous? Un bien-être différent?

   J’ai beaucoup de mal à me rendre compte de mes progrès. Mais globalement en 10 ans je suis passé d’un stade où je parlais qu’à un cercle restreint et où je demander régulièrement à un de ces derniers de m’accompagner quand je voulais parler à quelqu’un avec qui je n’avais pas l’habitude de parler. Maintenant il m’arrive d’aller dans des rencontres tout seul où je ne connais personne et où je n’ai pas de mal à me faire comprendre. Suivant mon état de fatigue c’est plus ou moins facile et j’utilise soit l’écriture soit la voix mais c’est très rare que je me trouve dans une situation de blocage. Ca arrive encore mais c’est surtout quand je suis très fatigué.
Evidemment ça a tout changé : je suis plus sûr de moi donc je me sens mieux et il y a même des choses que je pensais totalement impossible comme prendre la parole en public ou  même parler à une tribune. Mais dans ces cas là je sais que je suis limité et j’arrive à contrôler ces limites. C’est certain que quand je parle à une assemblée beaucoup de personnes ne vont pas comprendre donc je demande à ce que mes paroles soient répétées. Et c’est important qu’il y ait ma voix et une autre car si je prépare quelque chose par écrit pour être lue c’est difficile de caler cette lecture dans une réunion par exemple. Et quand les gens entendent ma voix cela permet de leur faire comprendre que l’on peut avoir des grosses difficultés pour parler mais qu’on peut le faire et qu’ils peuvent parler avec nous.

 


- aviez-vous un peu d'appréhension sur l'orthophonie, doutiez-vous de leur intérêt ou avez-vous toujours été convaincu que cela allait vous aider?

J’en ai déjà parlé plus haut l’appréhension que j’en avais était due aux nombreuses séances que je vivais mal quand j’étais enfant. Quand à l’intérêt je n’avais aucune idée et c’est bien dommage car j’aurais repris des séances plus tôt.

Il faut vraiment que cette discipline soit plus proposée dans les centres car c’est vraiment un grand manque dans l’ensemble des rééducations.

 

 

bdp